Le monde de la santé affiche sa solidarité après l’attentat contre Charlie Hebdo

Tous Charlie : l’équipe du laboratoire s’associe à tous ses concitoyens contre l’obscurantisme, l’intolérance, la haine et la folie destructrice. 

Hier à midi, à l’appel de la FSPF, les pharmaciens ont éteint leurs croix et enseignes, en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, rapporte Egora (édition abonnés). Du côté des médecins, après la décision du Bloc de suspendre le mouvement de grève entamé lundi 5 janvier, c’est le syndicat national des urgentistes de l’hospitalisation privée (SNUHP) qui a appelé les médecins urgentistes du privé à « renfiler leurs blouses blanches », annonce La Dépêche. « MG France, la CSMF et la FMF ont habillé leurs sites Web de noir », relate Le Quotidien du Médecin. Au siège parisien de la CSMF, une banderole de soutien « Nous sommes Charlie » a été accrochée et Jean-Paul Ortiz, son président, annonce une mise en sommeil des revendications, quand l’Unof a annulé une conférence de presse prévue ce matin. De son côté, le président de la Fédération des médecins de France (FMF), Jean-Paul Hamon, suggère de reporter la manifestation des professions libérales, prévue le 22 janvier, après les vacances de février, « parce qu’aujourd’hui les revendications des médecins paraissent dérisoires par rapport au drame que la France vient de connaître », cite Le Quotidien du Pharmacien. « Les uns cherchaient de toute façon un moyen de mettre fin à leur mouvement de grève, les autres montrent qu’ils sont responsables », juge-t-on au gouvernement qui espère également « que cette période d’union nationale aura au moins la vertu d’inciter les uns et les autres à trouver des solutions, et pas à faire dans la surenchère » d’après Le Figaro. Toutefois, les syndicats préviennent qu’après une période deuil, la vie reprendra et les revendications avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *